L'humeur et le blog de Martius

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - anepaslouper

Fil des billets

vendredi, 27 avril 2012

The Avengers

Les Avengers de Marvel sont tous réunis ou presque pour mettre en commun leurs talents (et le budget) dans le Blockbuster ultime. Marvel's The Avengers serait donc la première grosse sortie du cru 2012, il fallait aller voir ça (semble-t-il). Je n'étais pas particulièrement pressé : je n'ai pas encore vu Captain America et je n'ai pas aimé (du tout) l'horrible Thor, d'ailleurs j'y reviendrai.

Dans les grandes lignes, c'est du travail réussi : cette entreprise au moyens monstrueux a accouché d'un produit qui dans l'ensemble tient la route. L'univers de Marvel est assez riche pour nous offrir des personnages sympathiques qui évoluent bien ensemble. Le job est fait : c'est vraiment divertissant, c'est souvent drôle et parfois épique.

Par contre, il y a beaucoup de personnages, et ça implique certains sacrifices : l'histoire met du temps à s'installer et je me suis ennuyé à certains moments. En plus, Loki est un sacré conversation-jacker, et parle beaucoup pour ne rien dire. D'un autre côté, j'aurai aimé qu'on développe un peu plus certains personnages entre eux, pour donner un peu de relief à l'équipe. Cette histoire d'Avengers manque d'émotion et de saveur. Ça a un côté plat Picard : c'est beau sur la boite, c'est équilibré et plein de textures, mais le surgelé c'est globalement pas très bon en bouche. Et puis tous ne sont pas bien incarnés : la performance de Samuel L. Jackson était limite, par exemple.

Mais l'ensemble est quand même fort sympathique, et je me demande même si je n'avais pas quelques à-priori négatifs sur la relation tragique entre Thor et son frère Loki (le grand méchant de l'histoire) : il faut dire que Thor (le film) était tellement mauvais que Thor (le personnage) et son frère étaient un peu comme l'olive sur la Pizza : moi je préfère l'enlever, j'aime pas trop le goût, j'en ai un mauvais souvenir.

Mais puisqu'on va voir The Avengers pour les images, parlons-en. Parce que de ce côté, techniquement, c'est vraiment maîtrisé. Même quand c'est too-much ça reste vivable, parce que visuellement c'est équilibré et cohérent, et que les détails que j'ai moins aimé on été compensés par quelques choix de montage vraiment géniaux, surtout dans la grande bataille finale qui est incroyablement lisible compte-tenu de son apparente complexité (la 3D a certainement un peu aidé). N'oublions pas le travail des équipes techniques, qui rendent presque crédibles un truc aussi naze qu'un porte-avion qui vole et donne vie à des bestioles qui ne devraient avoir l'air cool que dans Lord Of The Rings.

Si dans le fond on frôle parfois le syndrome Transformers, sur la forme, c'est au moins inversement proportionnel et plutôt une bonne surprise. Ça sauve le film et ça le rend même sympathique même si la semaine prochaine je ne me souviendrai que des pirouettes de Scarlett Johansson.

samedi, 14 avril 2012

Shame

Shame expose pendant un peu plus d'une heure et demi le quotidien de Brandon, cadre New-yorkais qui gagne bien sa vie et qui est accro au sexe. Il est beau-gosse, célibataire et arrange sa vie en fonction de son addiction. Il est en retard au travail parce qu'il passe sa nuit sur des sites pornos, ou des magasines pornos, ou à faire du sexe avec des professionnelles, des coups d'un soir ou dans des endroits un peu bizarres. Au bureau, on a envoyé en réparation son pc rempli de malwares quelconques à force de télécharger des films pratiquement illégaux. Il se masturbe beaucoup.

Sa sœur débarque et squatte son appartement pendant quelques temps, ce qui va bouleverser ses habitudes tandis qu'il va devoir cacher son addiction.

Shame parle d'addiction au sexe de manière très crue et directe. C'est son principal intérêt et sa plus grande force : on ne peut rester sans réaction face à cet enchainement de situations. Parfois on est dérangé, un peu choqué, surpris ou en colère. On perçoit souvent l'embarras de Brandon qui tente de dissimuler sa honte. Le film se concentre généralement sur la manière dont il gère cette honte, même si on en est rarement spectateur : on ne le voit pas vraiment avoir honte, on ne le ressent pas, on sait juste qu'il est honteux.

En fait, on est généralement un spectateur un peu voyeur : on le suit, on voit ce qu'il voit et ce qu'il vit, un peu comme un reportage à la télé sans les commentaires. Pourtant, on reste très à distance de Brandon comme des autres personnages. On en sait finalement peu sur eux et ça rend Shame un peu paradoxal. Le film est souvent visuellement très attractif et le propos est puissant, mais il manque aussi parfois un peu de consistance et de relief. Finalement on reste un peu en dehors de cette histoire, pour laquelle d'ailleurs on ne trouve pas vraiment de conclusion. Il manque peut-être à Shame d'être un peu plus explicite sur toutes les autres scènes que celles de sexe...

Shame reste néanmoins un bon film qui peut devenir d'autant plus intéressant qu'il peut provoquer la réflexion et la discussion, et qu'il est très bien filmé et mis en scène.

vendredi, 8 juillet 2011

Super 8

Nb: pratiquement garanti sans spoil, sauf le dernier petit paragraphe, et c'est un spoil gentil, bon pour "Faux raccord". Et comme tu vas aller au ciné : Ne quitte pas la salle dès le début du générique de fin !

Parallèle : j'ai utilise Google Plus en avant première (enfin, un peu avant d'autres), qui est un mélange entre Facebook, Twitter et les autres services Google (donc on reste à la maison). Imaginez que J.J. Abrams, se dise qu'il veut faire pareil, mais chez lui, enfin, sa résidence d'été (chez lui, c'est la Fox, le petit écran et le format 45 minutes, son appartement) : le cinéma. Il appelle son nouveau pote Steven Spielberg, discute un peu, et c'est gagné : mélangeons Cloverfield (du made in Abrams), E.T. (de Spielberg, mais ça tu sais) et Be Kind Rewind (Michel Gondry, qui a aussi fait Eternal Sunshine of the Spotless Mind), tu me donnes l'occasion de le voir en avant première (et en VO, bien sûr). Tu vois le parallèle avec G+ ?

Le truc, c'est que là, on te laisse pas tant en terrain connu : Abrams maintenant on connait, Spielberg, n'en parlons pas. Deux génies certes, mais qu'on finit par comprendre, même si ils savent toujours un peu surprendre. Ce que j'aime bien avec JJ Abrams, c'est qu'il a pris cette habitude, avec les séries, d'être très dense, soit dans la narration, soit dans une scène. Et ça donne d'excellents moments, comme ma scène préférée du film (la station essence) où on te met la pression avec un petit bruit de clochette (qui sonne pour chaque gallon vidé dans le réservoir), où on te frustre avec tous les outils classiques : tu vois rien, c'est flou, de l'autre côté du mur, en arrière plan, ou alors on ajoute en post-production des lumières parasites pour rappeler que le nom du film c'est "Super 8", et où on pose tous les petits clins d'œil de rigueur parce qu'on est en 2011 et qu'on connait le futur par rapport au temps de la narration (1979), et naturellement, de belles références geek, mais ça c'est dans tout le film et à toutes les sauces.

Le tout est donc fort sympathique et se consomme avec beaucoup de plaisir, même si ça manque quand même de surprise (on connait les trois ingrédients), d'autant plus que le scénario est un peu attendu, compte tenu de ce qu'on est en droit d'attendre d'un JJ Abrams, et de la claque pleine de bonne trouvailles qu'était Cloverfield. Dernier bémol, le mixage du son m'a un peu dérangé parfois : trop de sons parasites lors des scènes à effets spéciaux, ça fait qu'on décroche et qu'on s'ennuie pendant certains passages (comme l'explosion du train pendant laquelle un wagon klaxonne, par exemple...).

Mais restons sur une note positive : le film peut plaire à tous les amateurs de science fiction grand public (même si il y a un peu de sang qui gicle), et les personnages principaux sont des enfants, et franchement, pour mettre un peu de mauvaise fois dans ce billet, si après Harry Potter vous êtes convaincus que des enfants ne peuvent pas être bons au cinéma (parce que vous n'avez pas vu de bons films) allez voir Super 8. Un peu comme les Goonies, mais même mieux.

Et on finit sur un spoil : à la fin, Joe abandonne son pendentif à cause de cette super-force magnétique. Alors pourquoi le pendentif de sa copine, la blonde, qui semble être en or, n'est pas attiré, lui ?! Et sinon, des noms de personnages des séries d'Abrams se sont cachées dans le film, sauras-tu les retrouver ?

dimanche, 21 mars 2010

La dernière sextape de juldes

Ah non, on me dit que c'est spring tape, ça alors, je suis drôle ce soir.

De la musique qu'elle est bonne à écouter se cache ici, compilée par notre maître à tous.

mardi, 2 mars 2010

Ceci est un spam | Publicité : iPhone

Il y a toutes sortes de brevets sur l'iPhone !

Un brevet pour débloquer un appareil en réalisant des gestes sur une image de déblocage.

Un autre pour zoomer et retourner l'image sur un écran tactile.

Des brevets purement stupides, comme celui sur le système multi-tâches orienté objet.

L'iPhone a aussi un brevet sur l'utilisation de l'appareil photo intégré pour déterminer les meilleurs conditions d'économie d'énergie.

En fait, l'iPhone a un brevet pour à peu près tout... uniquement sur l'iPhone* !

Plus sérieusement. Ils se foutent de la gueule de qui ? Apple serre les fesses et s'inquiète pour les parts de marché de son téléphone ultra-verrouillé, dont les applications pour "à peu près tout" sont soigneusement sélectionnés par la firme, qui juge de l'intérêt de telle ou telle réalisation pour ses clients (un autre exemple sur numérama) et ne laisse pas l'utilisateur libre de choisir l'usage qu'il a de son téléphone (ni même la possibilité de changer lui-même la batterie, ce qui est pourtant interdit par la communauté européenne).

Alors quand on à peur, on fait des choses stupides, comme devenir agressif et tirer tout azimut sur tout ce qui bouge. Notamment htc (beaucoup plus facile à attaquer que Google, puisqu'en fait la majorité des brevets concernent des fonctionnalités disponibles dans le système d'exploitation Android de Google). Au passage, un brevet sur un système multi-tâche orienté objet, il fallait y penser. Demain, je brevette la notion de page web générée depuis une application orientée objet. Et Paf !

Bref, l'iPhone est bien fashion, mais bon, je n'ai plus aucun doute, l'appareil doit son succès à la firme qui limite ses capacités, comme si on faisait bosser son gosse sur ses devoirs tous les soirs comme un tyran pour l'obliger à arrêter sa scolarité à 16 ans.

Pour en savoir plus, et en anglais : Apple Sues HTC For Infringing On 20 iPhone Patents: The Complete Documents


samedi, 14 novembre 2009

Je n'devais pas les louper Semaine 3

Je poste tellement pas souvent qu'on va croire qu'il n'y a que ça sur le blog, mais bon, je vais essayer d'être fidèle au poste, même si je ne raconte rien d'autre entre temps !

À New York, un homme a été innocenté grâce à un alibi pour le moins surprenant : il a déclaré avoir mis à jour son statut facebook au moment où se serait produit l'agression pour laquelle il était accusé... D'après l'article de numérama, c'est en partie parce que l'IP vérifiée correspondait bien à l'IP de la connexion de chez son père que l'alibi a été retenu. Pas besoin de rentrer dans les détails, l'IP n'est pas fiable, la vérification de l'identité de l'utilisateur de ce compte facebook a ce moment est impossible à vérifier... Flippant quand même...

Sinon, cette semaine j'ai vu le film "Push", j'avais vu la bande annonce au ciné, ça m'avait pas franchement tenté, et pourtant, c'était loin d'être aussi mauvais que ce que la bande annonce promettait !

Accessoirement, depuis hier je me balade fièrement avec un bracelet Mozilla, obtenu à une conférence tenue à l'Insa dans le cadre du Mozilla Campus Reps. Tout étudiant qui voudrait évangéliser ses camarades à Firefox et aux technos de mozilla est invité à se faire connaître !

Enfin, on a des idées cadeau fun pour Noël, pour ça internet c'est vraiment cool. Adée parcours les sites de Tees, geek stuffs et autres objets originaux. Par contre, quand on cumule, puisqu'on a jamais deux fois la même source, les frais de port grimpent très vite... En attendant, pour moi Noël sera : Zelda Spirit Tracks, Modern Warfare 2 (si je parviens à résister à l'appel du p2p, zut !).

En parlant de P2P, le "directeur technologique" de Warner a donné un avis sur BitTorrent qui n'est probablement pas partagé par son employeur en soutenant que la technologie a été injustement diabolisée. De l'autre côté, les éditeurs de jeu sont aussi plutôt confiants, et n'ont pas trop peur du piratage de leurs produits. Décidément, j'ai trop lu numérama cette semaine...

vendredi, 6 novembre 2009

Je n'devais pas les louper Semaine 2

Cette semaine, les je n'étais pas en vacances, j'ai donc probablement raté pas mal de choses. J'ai quand même retenu :

Mercredi, c'était la sortie DVD de X-men origins, Wolverine. Globalement, le film est décevant, peut-être aussi à cause du doublage. C'est marrant, à chaque fois que je suis allé voir X-men au cinéma, j'ai trouvé ça cool, et dès le premier visionnage en DVD, toutes les ficelles me sautaient aux yeux (et ça piquait). Là, comme j'ai loupé l'étape cinéma, j'ai juste vu les ficelles...

Sinon, je suis tombé sur un vieux rapport de bug relevé par le créateur de linux (linus Torvalds) sur la distribution utilisée par sa femme. La description vaut le coup d'oeil, surtout la fin ! (voir le rapport de bug) Une histoire de flash et de vidéos sur youtube...

Cette semaine, j'ai été bombardé de pubs pour DJ hero. C'est marrant, à l'étranger, il y en a plusieurs déclinaisions, en France, à la télé, je n'ai vu que celle des Daft Punk (cocorico) ! En tout cas, le jeu à l'air tentant, mais pas autant que des vrais platines (je disais ça aussi avant de devenir accro à Guitar Hero), et les images où les Daft Punk sont aux platines reprennent vraiment l'ambiance de Alive 2007 !

Lancement de Firefox 3.6 béta 1, du lourd pour les développeurs et quelques améliorations pour les utilisateurs. Si firefox semblait avoir pris un léger retard sur la concurrence, il semblerait que ça se rattrape vite !

Plus d'infos sur le blog de Tristan Nitot

Et à la semaine prochaine ! Moi j'vais en cours !

vendredi, 30 octobre 2009

Je n'devais pas les louper Semaine 1

Je lance un nouveau truc sur ce blog qui atteint de records de non fréquentation depuis que google n'associe plus les anciens billets de mon blog à cette adresse (et zut !). Soit dit en passant, je me moque un peu de la visibilité de ce blog, celle de Martius web et ces super tutos sur le développement web m'intéresse beaucoup plus :)

En gros, je vais faire un petit bilan de ce que je retiens de la semaine, en sorties, découvertes, essais et autres bricoles. C'est plus en rapport avec mon actualité que celle de tout le monde (euh oui, je découvre souvent les choses bien en retard).

Twitter lance ses listes, tout le monde en parle, mais personne ne sait encore à quoi ça sert.

Le groupe Editors sort un nouvel album In the light and on this evening (ou In the light of this evening, ça dépend d'où vous l'achetez...). Sympathique, je ne l'ai écouté que deux fois rapidement, donc pas d'avis plus détaillé ! Une exception : l'interview que j'ai lue du leader du groupe incite plus à acheter une corde que leur album, mais l'écoute change la donne !

Chez nestlé, on innove : Prenez Chocapic, prenez les céréales Crunch, ça fait... Chocapic Pépites. Ce billet n'est pas sponsorisé, on m'a donné un échantillon en sortant de la grande surface, et bah, ça ne sert à rien, si ce n'est qu'acheter des chocapics et des Crunch en dans un même paquet. Cool non ?

La vidéo que je me repasse en boucle, c'est Cartman qui chante "Lady Gaga - Poker Face" sur Rock Band (pour la bande son), et la version avec les images (qui risque d'être rapidement retirée), et qui et encore meilleure !

J'ai découvert deux séries cette semaine : Braquo (qui se termine sur Canal +), très Canal, très Olivier Marchal, donc si vous aimez ses films, vous pouvez acheter le DVD qui sort bientôt les yeux fermés (les ouvrir pour regarder les épisodes). En second, il y a Flash Forward, nouvelle sensation aux États-Unis, p'tet même la nouvelle série de la rentrée : du budget, un scénario a tiroirs ; on croirait lost, d'autant plus que j'étais persuadé que le personnage principal était le même acteur que Richard dans lost, bon en fait non, dans Flash Forward c'est Joseph Fiennes, le frère de Ralph, et dans lost c'est Nestor Carbonell, mais on retrouve quand même certains acteurs de Lost dans la nouvelle série : Dominic Monaghan, Sonya Walger, et d'autres. Enfin bref, trop du suspense, trop de l'action, trop du rythme (enfin, pour les deux premiers épisodes, ça retombe pas mal dès le troisième).

La wii fait son retour dans le salon, surement l'occasion pour perdre 20 € dans wiifit plus (oui, j'ai déjà la première version).

Star Trek, version revue par J.J. Abrams est sorti, en plus, il est globalement bon.

J'édite un peu pour ajouter une info de dernière minute : notre avocat préféré Sylvain Champloix est passé sur FR3 Bourgogne pour parler de l'usage de l'outil informatique en entreprise par le salarié.

"MartiusWeb.net" et "Humeur et blog de Martius" composent un site internet conçu par Martin Richard | © Martin Richard

Les articles et billets du blog sont sous licence Creative Commons BY-SA-NC France, la charte graphique est à la propriété de son auteur.

Merci d'avoir lu jusque là !