Mais puisqu'on vous dit qu'on les aime !

Commençons par cette jolie phrase :

Today the two companies still work together to serve their joint creative customers – Mac users buy around half of Adobe’s Creative Suite products.

Alors oui, grosso-modo 50% des licences pour les Creative Suite sont achetées pour Mac. Imaginez qu'Adobe abandonne ces versions mac, à votre avis, les "créatifs", ils quitterons Mac ou Photoshop ?

Malgré tout, Jobs fait les comptes : pourrir Adobe, c'est pourrir leur meilleur argument de vente hors Apple même. Les Mac users utilisent mac parce qu'ils ont aimé l'iPouet, parce que c'est fashion ou parce que les produits Apple sont des produits de luxe qu'on se paye comme un vêtement de marque à la place du même chez H&M. Ils achètent Mac parce que c'est Apple, et qu'Apple sait vendre ses macs. Mais au delà de ça, il y a toujours cette vieille légende qui dit que la Creative Suite est optimisée pour mac. Sérieusement, maintenant qu'Apple est passé à l'architecture intel et que la Creative Suite est développée avec Qt, qui peut encore croire ça ?

Les graphistes aiment les jolis objets tendances et la Creative Suite est au Mac ce que le Vin 1er prix est à l'ivrogne.

On est fermés, ils sont ouverts, ah heu, non l'inverse... ou peut-être que ?

Jobs nous enseigne :

Adobe’s Flash products are 100% proprietary. They are only available from Adobe, and Adobe has sole authority as to their future enhancement, pricing, etc. While Adobe’s Flash products are widely available, this does not mean they are open, since they are controlled entirely by Adobe and available only from Adobe. By almost any definition, Flash is a closed system.

Si tu es hermétique à la langue de Britney (ou Obama si tu préfères), tu manques beaucoup de ce que nous apprend Steve. Il dit d'ailleurs des choses vraies :

  • Ce n'est pas parce que Flash est largement diffusé qu'il est ouvert.
  • Les produits d'Adobe sont 100% propriétaires, et Adobe sont les seuls à pouvoir choisir comment le produit évolue, son prix et le reste.
  • On peut le regarder de presque tous les points de vue, Flash est fermé.

Amuse-toi en remplaçant Flash par les produits Apple que tu connais.

Après il fait amalgame entre "Propriétaire" et "Fermé". Pour prendre un très mauvais contre-exemple, mais contre-exemple quand même, Twitter est propriétaire, mais l'API est ouverte et les développeurs peuvent créer des outils qui gravitent autour de twitter, et même créer des clients Twitter qui court-circuitent le site original (Seesmic, etc).

Au passage, Flash n'est pas ouvert (loin de là), mais a ouvert de nombreuses spécifications de son/ses formats, pour renforcer son standard de facto et assurer sa pérennité autour d'un consortium qu'il dirige (voir OpenScreenProject et l'amusant site sur l'OpenSource chez Adobe). Il n'est d'ailleurs plus indispensable d'acheter l'IDE Flash d'Adobe pour développer des applications en Flash - d'autres outils propriétaires et libres existent et sont légaux (cet article vous en dira plus).

Apple fait tellement dans l'ouverture qu'ils interdisent la publication d'une application qui n'est pas réalisée avec les langages, API et outils de développement d'Apple. D'ailleurs, il me semble qu'il faut un mac pour développer une application pour iBidule. Je ne parle pas ici de la censure des applis, j'en parlerais plus tard (oui c'est encore long, plaignez vous à Steve, c'est lui qui dit des bêtises).

Apple fait du libre, a inventé le web moderne et Jobs est le père de Luke

Apple c'est libre regardez :

Apple has many proprietary products too. (...) Apple even creates open standards for the web (...) with a small open source project and created WebKit, a complete open-source HTML5 rendering engine that (...) has been widely adopted. (...) Almost every smartphone web browser other than Microsoft’s uses WebKit. By making its WebKit technology open, Apple has set the standard for mobile web browsers.

C'est pas tout à fait faux, encore une fois. Webkit est bien un projet qui viens de chez Apple, et c'est un excellent moteur de rendu, utilisé dans une grosse partie des navigateurs du marché. Sauf que Webkit est tellement utilisé que nombreux sont les contributeurs, et sont dans la liste donnée par Jobs : Google, Nokia, Palm - j'ajoute Opera (qu'ils ont maltraité un moment avant d'intégrer Opera mobile dans l'AppStore).

Et sachez-le, parce que c'est important et que c'est la véritable histoire : Webkit est un fork (un dérivé, comme un spin-off pour les séries) du moteur KHTML de KDE (un environnement graphique pour Linux très utilisé). Pour pouvoir le modifier et le redistribuer, ils devaient respecter la licence de KHTML, qui est open source et qui imposait que tout dérivé soit également open source.

Apple vous laisse l'accès à tout le web

Je vous passe la citation, Jobs montre qu'une grosse partie des vidéos peuvent être visionnées sans flash grâce au codec proprio H.264 des labos Mpeg, candidat à devenir le codec de référence pour lire de la vidéo sur le web - à l'instar du codec libre Ogg qui soutenu par Mozilla, et qui, malgré ses performances plus faibles, serait certainement plus avantageux pour les utilisateurs puisqu'il ne devront pas payer de licence pour l'utiliser (celle du codec H.264 étant comprise dans le prix de l'OS et des logiciels l'utilisant).

Je cite quand même ça tellement c'est drôle :

Another Adobe claim is that Apple devices cannot play Flash games. This is true. Fortunately, there are over 50,000 games and entertainment titles on the App Store, and many of them are free. There are more games and entertainment titles available for iPhone, iPod and iPad than for any other platform in the world.

Pourquoi avoir besoin de jeux en Flash alors qu'il y en a plein sur l'AppStore ?

Oui bon, alors des gratuits (beaucoup)... et des payants (à la folie), tous des jeux contrôlés et éventuellement censurés par Apple, en tout cas, distribués selon leur bon vouloir et en touchant une commission au passage pour les jeux payants. C'est avantageux.

Et Apple de censurer par la même occasion un prix Pulitzer sur l'AppStore et Jobs de dire que si on veut du porno, 'nous suffit d'acheter un téléphone sous Android (et de bannir par la même occasion les applications avec du sexe dedans de son store).

Je continue ? Bon j'en ai d'autres !

Flash Evil vs Good Mac

Third, there’s reliability, security and performance.

Symantec recently highlighted Flash for having one of the worst security records in 2009.

Alors là, excuse moi Steeve, mais même si c'est vrai (c'est vrai, très vrai même que Flash est plein de failles), citer Symantec, éditeur de Norton "laPasoire" Security, c'est citer un négationniste pour parler WW2.

We also know first hand that Flash is the number one reason Macs crash.

LOL. Croirait-on Bill si il disait ça de Windows ? Et puis les produits Apple ne sont pas exempts de tous reproches, il y a juste des gens qui le pensent parce que les développeurs ne se cassent pas à faire des petit malwares pour embêter les vieux sur un OS si peu utilisé.

Flash has not performed well on mobile devices. We have routinely asked Adobe to show us Flash performing well on a mobile device, any mobile device, for a few years now. We have never seen it.

J'ai acheté un HTC Desire il y a une semaine. J'ai flash dessus, ça performe du poney. Facile de dire que c'est la faute de Flash alors que le matériel dans l'iPhone est complétement dépassé et qu'il est vendu à prix d'or - des exemples ? iPhone 3G est trop lent, on sort le 3GS. Bon Flash n'est pas très optimisé - c'est même un peu limite. Je le précise sinon je vais aussi faire de la mauvaise foi.

Fourth, there’s battery life

La citation est dans le titre. Ah mais non, Steve, ne parle pas de cette batterie qui ne respecte pas les normes européennes, et ne nous sort pas cet argument à dix franc puisqu'il est aussi valable pour la plupart des applications du store. Après, on nous dit que lire des vidéos dans flash, c'est le mal, qu'il faut utiliser le codec H.264 (il me semble qu'il est supporté par Flash, c'est pour ça que Youtube s'y intéresse tant). La vidéo dans flash coute cinq fois plus de batterie que la vidéo native. Mais oui, on passe notre temps à gaspiller notre forfait 3G en vidéo, Flash ne sert pas qu'à ça, et tu le sais Steve, c'est parce que tu veux contrôler les applications sur tes appareils et que Flash est un danger contre ça.

Et de continuer avec ces arguments dépassés dans le temps (bah oui, Adobe lance la Creative Suite 5 en ce moment). Les arguments dépassés et bidons sont :

  • iPouet est "touch", multitouches même (brevet fallacieux d'Apple par la même occasion). Flash supporte le multitouches (la preuve, et sur un mac)
  • Les développeurs qui doivent revoir leurs sites pour les appareils "touch" devraient utiliser HTML5 plutôt que Flash. Ah mais oui ! C'est tout à fait vrai. On a fini de faire des sites en flash. On utilise flash dans les rares cas ou on ne peut pas se débrouiller en HTML parce que tel ou tel navigateur n'implémente pas la fonctionnalité qu'il faut.

Enfin, on y est

Last but not least, le problème du système d'export d'applis flash pour téléphones mobiles. Jobs en parle.

A third party layer of software come between the platform and the developer ultimately results in sub-standard apps and hinders the enhancement and progress of the platform. (...) If developers grow dependent on third party development libraries and tools, they can only take advantage of platform enhancements if and when the third party chooses to adopt the new features. We cannot be at the mercy of a third party deciding if and when they will make our enhancements available to our developers.

C'est encore vrai : si Adobe n'implémente pas les derniers délires d'Apple, les développeurs ne pourront pas en profiter dans leurs applis flash pour iPhone. Un peu comme HTML 5 avec les navigateurs. Et en plus, chez Apple ils ont peur d'être "at the mercy" d'Adobe qui déciderait quand et comment les utilisateurs auront la possibilité d'utiliser les nouveautés d'Apple.

Et les développeurs à la merci de la bonne volonté d'Apple d'accepter/refuser/censurer/dégager des applications sur toute une flotte d'appareils ? Qui doit s'inquiéter ?

En plus, Adobe a utilisé cette méthode comme dernier recours pour réussir à mettre du flash dans les mobiles Apple, ou, plus joliment, pour permettre au développeurs de bénéficier de tout ce que flash fait déjà très bien sans se casser à le refaire avec les outils Apple. Comment font alors les développeurs flash pour bénéficier des innovations de Flash sur l'iPhone ? L'arroseur arrosé.

This becomes even worse if the third party is supplying a cross platform development tool. (...) We cannot accept an outcome where developers are blocked from using our innovations and enhancements because they are not available on our competitor’s platforms.

Faire un outil multi-plateformes ? Apple n'a pas peur de la concurrence : il a peur du retard de la concurrence, parce que comme les autres seront lents à faire aussi bien qu'Apple, les développeurs devront se limiter à ce qui est supporté par les autres.

Android et les mobiles HTC, pour ne citer qu'eux (parce que dans le fond, c'est d'eux qu'on parle - les mobiles sous Android) sont loin d'être en retard sur Apple (je dirais bien : au contraire - mais bon rien de phénoménal non plus).

Apple à peur que les développeurs de génie qui ont fait le succès de son téléphone cherchent à toucher plus de monde, vendre plus, et fassent bénéficier au plus grand monde. Ils ont d'ailleurs tellement peur qu'ils interdisent les développeurs de parler de l'existence de leur application sur une autre plate-forme (sous peine de sanction).

Et pour finir, Jobs prétend que chez Adobe, ils sont mous du genou et on tarder à implémenter des trucs de chez MacOs. On regarde les parts de marché Windows/MacOs ?

Conclusion

Finalement, seule la conclusion du message du guru des gurus est pleine de sens et vraie, et je vous laisse la lire vous même sur le message original : toughts on Flash.

Mais les exemples sont tellement nombreux qu'il est trop difficile de nous faire croire qu'Apple ne fait pas ça par peur et pour sauver son marché. La bonne blague, c'est que cette stratégie à failli tuer la pomme (et il en parle sans entrer dans les détails : Apple went through its near death experience).