Les Avengers de Marvel sont tous réunis ou presque pour mettre en commun leurs talents (et le budget) dans le Blockbuster ultime. Marvel's The Avengers serait donc la première grosse sortie du cru 2012, il fallait aller voir ça (semble-t-il). Je n'étais pas particulièrement pressé : je n'ai pas encore vu Captain America et je n'ai pas aimé (du tout) l'horrible Thor, d'ailleurs j'y reviendrai.

Dans les grandes lignes, c'est du travail réussi : cette entreprise au moyens monstrueux a accouché d'un produit qui dans l'ensemble tient la route. L'univers de Marvel est assez riche pour nous offrir des personnages sympathiques qui évoluent bien ensemble. Le job est fait : c'est vraiment divertissant, c'est souvent drôle et parfois épique.

Par contre, il y a beaucoup de personnages, et ça implique certains sacrifices : l'histoire met du temps à s'installer et je me suis ennuyé à certains moments. En plus, Loki est un sacré conversation-jacker, et parle beaucoup pour ne rien dire. D'un autre côté, j'aurai aimé qu'on développe un peu plus certains personnages entre eux, pour donner un peu de relief à l'équipe. Cette histoire d'Avengers manque d'émotion et de saveur. Ça a un côté plat Picard : c'est beau sur la boite, c'est équilibré et plein de textures, mais le surgelé c'est globalement pas très bon en bouche. Et puis tous ne sont pas bien incarnés : la performance de Samuel L. Jackson était limite, par exemple.

Mais l'ensemble est quand même fort sympathique, et je me demande même si je n'avais pas quelques à-priori négatifs sur la relation tragique entre Thor et son frère Loki (le grand méchant de l'histoire) : il faut dire que Thor (le film) était tellement mauvais que Thor (le personnage) et son frère étaient un peu comme l'olive sur la Pizza : moi je préfère l'enlever, j'aime pas trop le goût, j'en ai un mauvais souvenir.

Mais puisqu'on va voir The Avengers pour les images, parlons-en. Parce que de ce côté, techniquement, c'est vraiment maîtrisé. Même quand c'est too-much ça reste vivable, parce que visuellement c'est équilibré et cohérent, et que les détails que j'ai moins aimé on été compensés par quelques choix de montage vraiment géniaux, surtout dans la grande bataille finale qui est incroyablement lisible compte-tenu de son apparente complexité (la 3D a certainement un peu aidé). N'oublions pas le travail des équipes techniques, qui rendent presque crédibles un truc aussi naze qu'un porte-avion qui vole et donne vie à des bestioles qui ne devraient avoir l'air cool que dans Lord Of The Rings.

Si dans le fond on frôle parfois le syndrome Transformers, sur la forme, c'est au moins inversement proportionnel et plutôt une bonne surprise. Ça sauve le film et ça le rend même sympathique même si la semaine prochaine je ne me souviendrai que des pirouettes de Scarlett Johansson.