Shame expose pendant un peu plus d'une heure et demi le quotidien de Brandon, cadre New-yorkais qui gagne bien sa vie et qui est accro au sexe. Il est beau-gosse, célibataire et arrange sa vie en fonction de son addiction. Il est en retard au travail parce qu'il passe sa nuit sur des sites pornos, ou des magasines pornos, ou à faire du sexe avec des professionnelles, des coups d'un soir ou dans des endroits un peu bizarres. Au bureau, on a envoyé en réparation son pc rempli de malwares quelconques à force de télécharger des films pratiquement illégaux. Il se masturbe beaucoup.

Sa sœur débarque et squatte son appartement pendant quelques temps, ce qui va bouleverser ses habitudes tandis qu'il va devoir cacher son addiction.

Shame parle d'addiction au sexe de manière très crue et directe. C'est son principal intérêt et sa plus grande force : on ne peut rester sans réaction face à cet enchainement de situations. Parfois on est dérangé, un peu choqué, surpris ou en colère. On perçoit souvent l'embarras de Brandon qui tente de dissimuler sa honte. Le film se concentre généralement sur la manière dont il gère cette honte, même si on en est rarement spectateur : on ne le voit pas vraiment avoir honte, on ne le ressent pas, on sait juste qu'il est honteux.

En fait, on est généralement un spectateur un peu voyeur : on le suit, on voit ce qu'il voit et ce qu'il vit, un peu comme un reportage à la télé sans les commentaires. Pourtant, on reste très à distance de Brandon comme des autres personnages. On en sait finalement peu sur eux et ça rend Shame un peu paradoxal. Le film est souvent visuellement très attractif et le propos est puissant, mais il manque aussi parfois un peu de consistance et de relief. Finalement on reste un peu en dehors de cette histoire, pour laquelle d'ailleurs on ne trouve pas vraiment de conclusion. Il manque peut-être à Shame d'être un peu plus explicite sur toutes les autres scènes que celles de sexe...

Shame reste néanmoins un bon film qui peut devenir d'autant plus intéressant qu'il peut provoquer la réflexion et la discussion, et qu'il est très bien filmé et mis en scène.