L'humeur et le blog de Martius

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Autour de Martius Web

Dans cette catégorie, je parle de toutes les bricoles qui touchent de près ou de loin à la gestion du blog, de Martius Web et des autres jeux sous le même nom de domaine !

Fil des billets

lundi, 5 septembre 2011

Repo Men

Repo Men est un film d'anticipation pas bien vieux, qui met en scène Jude Law et Forest Whitaker dans le rôle de deux employés d'une compagnie de bio-technologies qui conçoit et vend des organes de synthèse à utiliser pour les greffes. Cette entreprise doit jouir d'une influence assez impressionnante puisqu'elle est en mesure de récupérer ses produits sur les mauvais payeurs, sans véritable contrainte légale (remplir un formulaire et demander au mauvais payeur si il veut être conduit à l’hôpital après le prélèvement). Nos deux personnages font partie d'une équipe de récupérateurs, qui ressemble plutôt à une milice qu'autre chose puisque naturellement, les mauvais payeurs vont tout faire pour leur échapper.

Bien sûr, Jude Law va voir son job avec une toute autre perspective le jour où il se retrouve lui-même avec un cœur artificiel.

On peut au moins retenir un bon point de Repo Men : il est constant, constamment plutôt médiocre.

L'entreprise est à l'image de ses protagonistes et de la société futuriste représentée : extrêmement cynique. Le ton du film en découle donc, puisqu'on baigne dedans. Par contre, on ne peux pas dire que ce soit très fin, c'est même excessivement grossier. On voit un commercial utiliser trois phrases d'accroche pour faire signer n'importe qui ("Votre famille le mérite" - avec un financement intenable), les "repo-men" partent en chasse aux mauvais payeurs comme les milices fascistes partent en guerre contre les mexicains dans Machette (troisième degré en moins) et on trouve bien peu de gens pour s'offusquer de toute cette cruauté d'une manière qui ne soit pas intégralement hypocrite. Oui, parce que bien sûr, il existe un marché parallèle qui profite à de nombreuses personnes, mais on casserait bien la gueule des "repo-men" pour de bien pures considérations militantes. Oui oui. Et puis madame Law, qui tolère bien mal le métier de son mari, tolère plutôt bien son salaire.

Voilà, côté contexte et personnages, on part sur une vaguement bonne idée, un second degré plutôt mignon, mais on a bien du mal à arriver quelque part, et ça stagne dans un univers qui sent le pas-fini.

du reste on cumule l'absence intégrale de surprise, un manque de réalisme probablement volontaire et une mise en scène sans franchement de saveur (et ce rythme, aïe aïe). Au moins si tu aimes voir du ketchup à l'écran, tu seras servi. En plus, les chorégraphies martiales sont bien meilleures que celles d'un Resident Evil, par exemple. Oh, zut.

Et puis, il y a cette fin, tellement évidente (tu sais très bien que ça se terminera comme ça après la quinzième minute du film, quand ils te glissent d'un seul coup cette histoire de nouveau produit qui arrive là, comme ça, pour rien et venu de nulle part). Cette fin qui arrive comme pour te dire qu'en fait, ils avaient une bonne raison de se lâcher et pondre un film aussi inabouti et inconsistant. Le contraire d'un Minority Report, ou d'un Children Of Men, en somme, pour parler de quelques films d'anticipation.

Premier long métrage de ce réalisateur, semble-t-il. J'espère que la prochaine fois, il aura la chance de travailler sur un scénario un peu plus intéressant. Parce que là, vraiment, j'ai eu du mal à accrocher.

jeudi, 5 novembre 2009

Interview par La Manu

La manu "fabrique le lien entre les étudiants et les entreprises", par le biais de plusieurs actions, dont la publication d'un magazine à destination des étudiants de la fac. Dans le cadre d'un article sur l'auto-entrepreneur, on trouve notamment une intervention de votre serviteur !

Lire l'article "300 000 auto-entrepreneurs et moi, et moi, et moi ?"

Lire la suite...

lundi, 27 juillet 2009

Comment lancer son site web

Je réfléchis tranquillement aux différents points qu'il faut étudier pour le lancement public d'un site web. Dans le cas présent, c'est de la nouvelle version de Martius Web dont je parle.

Bêta privée ?

Actuellement, le site tourne en "bêta privée". C'est un grand classique : lancer le site en bêta privée et y lier un système d'invitations permet de créer un premier buzz discret dans les oreilles d'un cercle restreint. Généralement, des tonnes d'invitations sont balancées aux personnes potentiellement influentes et susceptible de ramener du monde, pour un taux de transformation avoisinant les 3% (stats bidons).

C'est un peu a double tranchant : si ce premier buzz n'est pas doublé d'un plus gros plus tard, aucun suivi ne sera effectué et le lancement restera anonyme. D'un autre côté, il faut déjà avoir un site web suffisamment solide pour que les "bêta-testeurs" puissent avoir un terrain de jeu où ils ne s'ennuient pas...

Bon honnêtement, dans mon cas on est loin du compte : des tartines de docs techniques : on va pas attirer beaucoup de monde... La bêta privée ici me permet de continuer de modifier le site tranquillement et de permettre à certaines personnes de visiter, donner leur avis et m'aider à peaufiner : une vraie bêta en fait :

Créer le buzz

Il y a plein de méthodes pour ça, encore faut-il en avoir les moyens, la bonne idée (la bonne agence ?) et un véritable intérêt. Faire du buzz autour d'un site internet dont le but est de rassembler quelques ressources et cours sur tout ce qui touche de près ou de loin à la gestion ou réalisation d'un projet web ça risque de ne pas être facile !

La seule idée à peu près pertinente pourrait être un "concours", avec à la clé des bouquins techniques, ou un abonnement à PHP Solutions par exemple. C'est jouable, même en utilisant les grosses ficelles : une couche de "questionnaire" qui fait se promener sur le site, un petit "prévenez vos amis !", j'en passe. Mais nouveau problème : on buzze le concours ?

Prospection commerciale IRL

Après tout c'est loin d'être débile dans mon cas : vendre mon site par le biais de cartes de visites, flyers et autres bricoles (magnets ?) sur le terrain. Et le terrain peut être bon : un école d'ingénieurs avec un gros département Informatique à Lyon. Problème (d'ordre plus personnel) : on va éviter de la jouer technico-commercial la semaine d'intégration, par contre, les rencontres avec le monde professionnel seront d'excellents espaces pour tout ça : il ont été créé à cette fin ! Par contre, ça ne couvre pas nécessairement le lancement du site.

En bref, je me retrouve un peu coincé : quand et comment lancer le site internet sans allumer un pétard mouillé ? Les seules pistes à peu près sûres sont : pas pendant les congés des gens, pas tant que le site n'est pas suffisamment avancé pour être crédible.

Avis donc aux quelques lecteurs : des idées, des conseils ?

mercredi, 22 juillet 2009

Le blog de Martius est mort...

...Vive le blog de Martius !

Dans moins d'un mois, Adée et moi, nous serons Lyonnais. En fait, pas mal de choses vont bouger : une béta de Martius Web 2 est dans les airs, un bon vieux projet a été ressuscité, et moi, je suis auto-entrepreneur depuis quelques mois et j'entre en école d'ingénieur. Ça nous fait pas mal de nouveautés. Et dans tout ça, je remet les compteurs à zéro est oublie les presque 260 billets de la précédente version du blog.

En fait, j'ai décidé de recadrer ma ligne éditoriale : arrêter de pomper des news à droite à gauche (maintenant il y a Facebook pour ça), et essayer d'avoir un peu de contenu : ma petite vie lyonnaise et à l'INSA, un peu d'entrepreneuriat et pas mal de geekeries.

Tout ce qui concerne le développement web, la communication et la technique devrait être à sa place : Martius Web, 2e du nom : ici, c'est l'envers du décors, plus glam', plus personnel et plus sympatique, j'espère !

Et comme toute bonne résolution doit être violée au moins une fois, je tiens à dire que ce thème (appelé Fast Food, parce qu'Adée trouve que les couleurs font MacDo) ne fonctionne correctement qu'avec un navigateur supportant tous les sélecteurs CSS2, comprenant display: table-cell;, parce qu'à un moment, il faut grandir : Bye IE6, on a Firefox, Opera, Safari, Chrome, et même IE8. Et les rares qui râleraient parce qu'ils sont en entreprise et ne peuvent pas installer ce qu'ils veulent : on fait aussi des versions portable de Firefox, ou encore "Mais qu'est-ce que tu fous ici sur tes heures de travail ?".

Alors, à bientôt tout le monde !

Ah et, oui, au fait : les archives de l'ancien blog sont là !

"MartiusWeb.net" et "Humeur et blog de Martius" composent un site internet conçu par Martin Richard | © Martin Richard

Les articles et billets du blog sont sous licence Creative Commons BY-SA-NC France, la charte graphique est à la propriété de son auteur.

Merci d'avoir lu jusque là !